bac

Textes Coco Chanel

 

Coco interview #0

Les faits, les faits. Les gens veulent une histoire qui tient la route. La réalité est triste, grise, cela manque tout autant d'imagination que d'humour. Ce qui la rend intéressante, c'est avant tout ce que l'on en fait. C'est à dire que l'histoire devient la tienne. Il faut y réfléchir.

Coco interview #1

Mon enfance ? Je n'y pense jamais, à mon enfance.

Je savais que je voulais être riche, déjà à l'âge de quatre ans. Que dis-je, “riche”, non, je voulais franchement faire fortune.

J'ai toujours su que dans la vie il faut avoir de l'argent. Hum ! Non. Non.

Mon enfance. (pouffe de rire) Tu l'auras. Il s'agit évidemment de ce qui se passe après.

Hum !

Si vous dites amour ça sonne quand même pas mal dans le superficiel. Je ne vais pas parler de lui, mais bon je vais dire ceci. Je n'ai jamais voulu me marier avec Boy Chapel.
Ha ! Le mariage est une institution formidable, mais qui est-ce qui veut habiter dans un institution ?

Savez-vous, qu'il a souvent dit : “N'oublie pas que tu es une femme.” J'oubliais toujours que ça signifiait quelque chose pour les gens. Je lui disais alors : C'est à moi de dire ce qu'est une femme … Bon. Je l'aimais.

 

Conversation téléphonique :
Docteur : Bonjour, c'est Monsieur Baudoin des urgences de Chaville à l'appareil.
CC : Bonjour.
CC : Et bien, qu'est-ce que je peux faire pour vous ?
 
Docteur : (silence) Il s'agit de Boy Chapel.
Docteur : Madame, je suis désolé de vous annoncer que, qu'il… a été mélé à un  accident de voiture. Il est… il est décédé.
 
Docteur : Oui Madame. Je suis profondément désolé.
CC : (Silence)



Coco Interview II

De quoi je parlais ? Je suis autodidacte. J'étais mauvaise à l'école. Et pourtant la vie m'a amenée vers des personnes les plus merveilleuses et les plus brillantes de mon époque, (elle cite leurs noms à la façon d'une enseignante) Stravinsky, Picasso, Dali, - je ne me suis jamais sentie stupide, et je ne me suis jamais sentie gênée. Pourquoi ? Parce que j'avais déjà tout compris : ce que l'on apprend jamais. Et c'est là, le secret le plus important de mon succès et peut-être de toute la civilisation en général : et c'est avec ce que l'on ne peut pas apprendre que nous sommes entraînés inéluctablement vers le succès.

Non, non, non, non. J'ai toujours écrit mes propres quolibets. Reverdy m'écoutait, moi. Il m'aimait pour ma droiture, mes phrases fortes, mon Dieu, lui était un poète, Pierre.

 

Poème de Reverdy

Cher Coco, voici

Le meilleur de ma main

Et le meilleur de moi

Je te le donne comme ça

Avec tout mon cœur

Avec ma main

Avant que je prenne la route sombre

Vers la fin

Comme un condamné

Comme un pardonné

Sache que tu es aimée

 

Ritz
Cocteau : Hé ho bandes de voyous … vous me parlez ou bien est-ce que j'entends vomir un chameau … Quoi ? Tu devrais lire un peu de littérature pour enrichir ton vocabulaire. Tu n'as qu'à me lire, moi !
Coco : Ô mon cher Cocteau
Cocteau : Coco
Coco : Trinquons ce soir sur l'amitié, la toute derniere caractéristique immaculée de l'homme.
Cocteau Mais ma petite, comment tu es bien légère aujourd'hui ?
   
Coco :  Toujours … toujours.
Cocteau : Je t'aime, que tu sois légère ou mélancolique, ma petite mademoiselle.
Coco : Ma petite ! (soupir)
Cocteau : Ma chérie, m'excuseriez-vous, j'ai encore un autre grand amour de ma vie à suivre.
Coco : Oui oui oui, c'est ça, abandonnez-moi donc encore une seconde fois.
Cocteau : Vous devriez le voir. Il est aussi beau comme moi je vous aime.
Coco : 
Je n'en doute pas une seconde de votre part, la beauté est votre deuxième nature. Allez, décampez d'ici … (lui crie après) Je vous aime.
Cocteau : Garçon … Garçon.
Wh : Eh ben et ben, Coco.
Coco : Shalom, shalom, shalom, Pierre Wertheimer.
Wh : Quelle joie de vous revoir.
Coco : Vous le voleur, vous m'avez volé, profiteur, allez vous-en.
Cocteau : Garçon, Garçon, pschitt… Coco, donnez-moi encore une petite demi-heure.
Spatz :  Mademoiselle, Coco. Liebe, Sehnsucht ... Que puis-je faire pour vous.
Spatz:  Oui.
Coco : Faites que l'on me rende les droits sur mon parfum. Coûte que coûte.
Spatz : Jawohl … Toi tu appelles Churchill.
Coco : Winston darling, how are you. … Yes. … Oh it’s so nice to hear from you darling.

… Yes of course, of course … Ha ha ... Winston I have this little request I would like to make.

Do you know, my friend Spatz ? …. Yes the German, tall, blond, handsome ha ha, not a cute as you of course. ... Yes well he is coming to London, could you maybe take care that he will be safe… Yes … Thank you Winston, you are a darling, thank you darling. … All right… bye bye… No you hang up … Haha … No… Haha … you hang up Winston … oke, une, deux ...”
Coco : Winston, chéri, comment tu vas … Oui ... Oh ça me fait tellement de bien de t'entendre mon chéri. Oui, bien sûr, évidemment ... Haha … Winston j'ai une petite question que j'aimerais te  poser.
Tu connais, mon ami Spatz ? …
Oui cet Allemand, grand, blond, beau haha, pas aussi craquant que toi bien sûr …
Et bien il va venir à Londres, pourrais-tu faire en sorte qu'il soit en sécurité …
Oui … Merci Winston, tu es un chou, merci mon chou … D'accord … bye bye …
Non c'est toi qui raccroche en premier … Haha … Non ... Haha ... Raccroche, d'abord toi Winston … Ok, un, deux …
Wh : Levons nos verres.
Coco : Pourquoi tu m'as roulée.
Wh : Oh, mais j'ai de bonnes nouvelles pour toi.
Coco : Ho, fiche-moi la paix !
Wh : Mais quoi, au combien tu sais tout le respect que je te porte. J'ai ici le contrat avec lequel je vais te rendre immense en Amérique. De l'or pur. Le meilleur produit au monde, No1.
Coco : Toi, tu fais l'Amérique maintenant ? Moi je reste ici, je ne bougerai pas de Paris.
Wh : Bonne chance  !


Coco interview #3

 

Je ne supportais plus la guerre, je voulais la paix. Et mon parfum, mon parfum valait plus cher que de l'or, il ne faut pas oublier ça. Je le donnais aux soldats américains pour leurs femmes restées là-bas. C'est pour la paix que je faisais cela, et aussi pour la paix intérieure, dans mon propre cœur.

Un espion horizontal ? Mais non. Les gens parlent. Je ne me suis pas livrée aux Allemands, ni le jour ni la nuit. (Hum !)

 

Lettre à Reverdy

Cher Pierre, mon petit oiseau,

Tu pourras garder ta promesse et m'écrire quelque chose ? Je t'imagine là, maintenant, quelque part dans un champ ouvert. Comme autrefois, tu t'en souviens? Lorsque les vaches ont failli nous bousculer ? J'étais tellement en colère et toi tu étais si heureux.
Cher Pierre. Il y a tant de vie entre ce passé et aujourd'hui.
Crois-tu que nous avons maintenant une vue plus perspicace sur ce que nous sommes ? J'en doute. Mais tu ne me l'entendras pas dire à haute voix. Vieillir est une tâche à laquelle il faut prendre part avec le plus de dignité possible, n'est-ce pas.
Ah, ton doux sourire près de moi, mon rêve, pour toujours, votre Coco.

 

Coco interview #4

Une femme occupée doit se sentir bien dans ses vêtements. Il faut pouvoir retrousser ses manches.

 
Bien-sûr la vie d'une femme d'affaires peut être dure. Mais en réalité, c'est très simple. On veut créer, donc on jette quelques-unes de nos idées vers quelques loups dans les affaires. Ils prennent leur part et ils sont contents. Et toi tu deviens fortunée pour pouvoir réaliser tes rêves. On achète sa liberté. Et mes rêves en valaient la peine. Tout le monde aspirait à mes rêves.

 
Coco interview #5

 
Quelqu'un a écrit : “On doit se quitter ou alors mourir.”
J'aurais bien aimé changer cela en : ‘Il faut aimer nos vies ou alors on en meurt.’

 

V.O

Tu sais que je suis morte un dimanche ?

(…)

Je savais qu'un jour un dimanche aurait ma peau.

 
V.O.

 
C'est par hasard que je suis devenu créatrice de mode. J'ai fabriqué du parfum, par hasard. Et maintenant je vais m'approprier d'autres choses. De quoi ? Je n'en sais rien. Encore une fois le hasard en décidera. Mais j'y suis préparée. Je ne serai pas absente longtemps. Pour le moment je n'ai rien de bien précis, mais quand ce sera le moment, je sauterai sur l'occasion et ce sera dans mes compétences.

Cocteau seul :

“Coco ? …  Allo ? Qui êtes-vous … Où ils sont tous ... Coco ?

Reverdy, Spatz, Wertheimer, où êtes-vous…

Coco ? …  Ah voilà sa chaise … Ah bonjour, oh ça me paraissait trop réaliste de toute façon.

Garçon, jeune homme, pourriez-vous m'aider s'il vous plaît, ça me paraît trop réaliste.

Oui mettez-le à l'envers, allez hop à l'envers, ha ha. Merci.

S'il vous plaît ? Garçon ? Attendez, je suis ici ? Allo !”

Mantras

1.       I decide what is a woman. / C'est moi qui décide ce que c'est, une femme.

2.       I choose a dress over a man any day. / C'est moi qui choisis toujours la robe, pas l'homme.

3.       Beauty begins the moment you decide to be yourself. / La beauté commence là où l'on décide d'être soi-même.

4.       My life didn’t please me so I created my Life. /Ma vie ne me plaisait pas alors je l'ai créé moi-même.

5.       In order to be irreplaceable one must always be different. / Pour être irremplacable il faut toujours être différent.

6.       It’s with what cannot be taught that one succeeds. / C'est avec ce que l'on ne peut pas apprendre que l'on réussit.

7.       I’m not frivolous, I am light as a bird- especially with those I love. /Je ne suis pas une frivole, je suis aussi légère qu'un oiseau, surtout avec ceux que j'aime.

8.       Money adds to the decorative pleasures of life, but is not life. / L'argent peut contribuer aux plaisirs dans la vie, mais ce n'est pas la vie.

9.       You have to die more then once in your life. / Il faut mourir plus d'une fois dans la vie.