C. Debussy. Monsieur Croche, antidilettante 22

 

telle continuité dans l'effort est bien près d'avoir du génie. Il avait commencé par jouer Italie, fantaisie symphonique en quatre parties (œuvre de jeunesse, je crois), où perce déjà l'indépendance future de R. Strauss.

Les développements m'en ont paru un peu longs et convenus. Cependant la troisième partie, intitulée : « En rade de Sorrente », est d'une bien jolie couleur ... Ensuite, une scène d'amour extraite de Feuersnot, son dernier opéra. D'être ainsi détachée de son cadre fait perdre beaucoup à cette scène ; puis comme le programme ne contenait aucune indication, l'ordonnance en était totalement incompréhensible.

Tel épisode qui soulevait des torrents d'orchestre paraissait bien formidable pour une scène d'amour ! Il est probable que dans le drame, ce torrent est justifié. Voici peut-être une occasion pour les théâtres de musique de monter quelque chose de nouveau ; car je ne pense pas qu'on ait la prétention de nous apprendre quoi que ce soit en jouant les opéras modernes de la jeune Italie ?

M. R. Strauss n'a ni mèche folle, ni des gestes d'épileptique. Il est grand et a l'allure franche et décidée de ces grands explorateurs qui passent à travers les tribus sauvages avec le sourire sur les lèvres. — Il faut peut-être avoir un peu de cette allure pour secouer la civilisation du public ? — Son front est tout de même d'un musicien, mais les yeux et le geste sont d'un « Sur-homme », comme disait celui qui doit être son professeur d'énergie : Nietzsche ... Il a dû lui prendre aussi son beau dédain des sentimentalités niaises et ce qu'il voulait, que la musique ne continuât pas sempiternellement à illuminer nos nuits, tant bien que mal, mais qu'elle remplaçât le soleil.

Je puis vous assurer qu'il y a du soleil dans la musique de R. Strauss. On a pu constater que la majorité du public n'aime pas ce genre de soleil, car des dilettanti pourtant fameux donnaient des signes non équivoques de leur impatience. Cela n'a pas empêché, du reste, que l'on saluât R. Strauss d'ovations enthousiastes ... Je vous répète qu'il n'y a pas moyen de résister à la domination conquérante de cet homme !

 

XVI

RICHARD WAGNER

 

La Société des Grandes Auditions de France ne m'a pas admis à l'honneur d'entendre l'exécution de Parsifal qu'elle vient de donner au Nouveau-Théâtre par les soins de M. Alfred Cortot. M. Cortot est le chef d'orchestre français qui a le mieux profité de la pantomime habituelle aux chefs d'orchestre allemands ... Il a la mèche de Nikisch (celui-ci est d'ailleurs Hongrois) et cette mèche est attachante au dernier point par le mouvement passionné qui l'agite à la moindre nuance ... Voici qu'elle tombe mélancolique et lassée aux endroits de douceur, de façon à intercepter toute communication entre M. Cortot et l'orchestre ... puis voici qu'elle se relève fièrement aux endroits belliqueux ... à ce moment M. Cortot avance sur l'orchestre et pointe un menaçant bâton, ainsi que font les « Banderilleros » lorsqu'ils veulent déconcerter le taureau ... (Les musiciens d'orchestre ont un sang-froid de Groënlandais, ils en ont vu bien d'autres).

Comme Weingartner, il se penche affectueusement sur les premiers violons en leur murmurant d'intimes confidences ; se retourne vers les trombones, les objurgue d'un geste dont l'éloquence peut se traduire ainsi : « Allons, mes enfants, du nerf ! Tâchez d'être plus trombones que nature », et les trombones dociles avalent consciencieusement leurs cylindres. Il est juste d'ajouter que M. Cortot connaît Wagner dans ses moindres replis et qu'il est parfait musicien. Il est jeune, son amour de la musique est très désintéressé ; voilà assez de raisons pour ne pas lui tenir rigueur de gestes plus décoratifs qu'utiles. Pour revenir à la Société des Grandes Auditions, a-t-elle voulu, en me privant de Parsifal, me punir de mon iconoclasie wagnérienne ? Craignit-elle une attitude subversive ou quelque bombe ?... Je ne sais, mais je penserais plus volontiers que ces sortes d'auditions sont faites pour ceux qu'un titre nobiliaire ou de haute société autorise d'assister à ces petites fêtes avec une élégante indifférence pour ce que l'on y joue. La sûre gloire du nom inscrit au programme y dispense d'avoir des lumières et permet d'écouter avec soin le dernier potin, ou de contempler le si joli mouvement de

 

Monsieur Croche, antidilettante. Claude Debussy