Paul Verlaine, Quinze jours en Hollande. 8

 

    Quelques instants après, nous envahissons un somptueux établissement, tout fleurs, tout arbustes, tout glaces, tout électricité, où un littéral festin des Titans nous est servi,

“ Des mets et des boissons de toutes parts venus ”

si que le peintre Philippe Zilcken Paul Verlaine, Quinze jours en Hollande, Lettres à un ami.   Johan Thorn Prikker  Brieven  Philippe Zilcken  Souvenirs la Revue Blanche 1896.Portrait de Philippe  Zilcken (1857-1930), par Hendrik Godfried Icke. Frans leren, Vivienne Stringa et moi nous séparant, ô non pas du vulgum, mais de Vurbanum, du civile du citadinum pecus, et, contadins endurcis faisions “ fouette cocher ” vers l'assez lointaine, dans la campagne, Hélène Villa (ici encore un nom à coucher dans les “ polders ”, Bezuidenhout, figurez-vous mes amis !) où nous reçoit sans trop nous gronder sa femme, une belge pas pire et, combien mieux qu'une Parisienne (excusez un blessé), toute simple, toute bonne avec de l'esprit ...

Elle porte sur son bras, réveillée et souriant, leur chère petite Renée à qui vite ce sonnet avant toutes choses,

 

A Mlle RENÉE ZILCKEN

 

Mademoiselle Renée,

Fillette exquisement mignonne,

Que le bon Dieu toujours vous donne

Vie élégante et fortunée.

 

 

Grandissez dûment bien aimée,

Dans la sagesse douce et bonne.

Sous l'œil, qui sourit et s'étonne,

De votre famille charmée.

 

Soyez l'espoir et le bonheur

De votre père, lui, l'honneur

De l'art et de votre famille,

 

Et de votre mère, l'honneur

Et la grâce d'une famille

S'étonnant de tout ce bonheur.

   

    Le sommeil m'emballe tôt dans la délicieuse confortable chambre au second qui est la mienne pendant tout le temps de séjour ici.

    Quel sommeil à demain !

 

PAUL VERLAINE. QUINZE JOURS EN HOLLANDE