Guillaume Apollinaire - Marquis de Sade

Guillaume Apollinaire - L'oeuvre du Marquis de Sade, introduction, frans leren, Vivienne Stringa

Introduction

 

L'oeuvre du Marquis de Sade

 

Par

Guillaume Apollinaire

 

 

INTRODUCTION

Biographie du marquis de Sade.  — Le marquis de Sade a-t-il été cause de la prise de la Bastille ? — Idées politiques du marquis de Sade. — Il est opposé à la peine de mort. — Portrait physique du marquis de Sade. — Son portrait moral. — Lettre de Mirabeau à l'agent Boucher et à M. Le Noir. — La prétendue folie du marquis de Sade. — Son testament. — Vers du marquis de Sade.

— Opinions du docteur Eugen Duehren, de M. Anatole France et vers d'Emile Chevé sur le marquis de Sade. — Intérêt que présentent ses ouvrages pour l'histoire de la civilisation. — Idées sociales du marquis de Sade. — Fragment inédit d'un de ses contes. — Le marquis de Sade précurseur. — Ses idées sur la femme. — Analyse de Justine.

— Découverte du manuscrit original de Justine. — Analyse de Juliette. — Le marquis de Sade et la science médicale. — Analyse des 120 journées de Sodome. — Les journées de Florbelle. — Le Portefeuille d'un homme de lettres. — Notes inédites concernant les idées pénales et les idées dramatiques du marquis de Sade. — Son théâtre. — Lettre à M. Girard. — Note inédite concernant La Ruse d'Amour. — Lettres inédites du marquis de Sade à la Comédie-Française.

Oxtiern. — Le Théâtre Molière. — Extrait du Moniteur concernant la seconde représentation d'Oxtiern. — Lettre du marquis de Sade concernant la représentation d'une de ses pièces à Versailles et à Chartres. — Lettre du marquis de Sade concernant Jeanne Laisné ou le Siège de Beauvais. — Le marquis de Sade comédien. — Le marquis de Sade et les représentations de Charenton. — Dramaturgie sadique. — Conclusion.

 

 

    N'ayant pas l'intention de donner ici une biographie détaillée du marquis de Sade, je renvoie les lecteurs aux ouvrages qui peuvent faire autorité : ceux de M. Paul Ginisty (1), du docteur Eugen Duehren (2), du docteur Cabanès (3), du docteur Jacobus X (4), de M Henri d'Halméras (5), etc.

    La biographie complète du marquis de Sade n'a pas encore été écrite. Le temps, sans doute, n'est pas éloigné où, tous les matériaux ayant été rassemblés, il sera possible d'éclaircir les points encore mystérieux de l'existence d'un homme considérable sur lequel ont couru et courent encore un très grand nombre de légendes.

    Les travaux entrepris ces dernières années en France et en Allemagne ont dissipé bien des erreurs. Il y en a encore beaucoup qu'il faudra redresser.

    Donatien-Alphonse-François, marquis et, plus tard, comte de Sade, naquit à Paris, le 2 juin 1740. Sa famille était une des plus anciennes de la Provence, et ses armoiries portaient « de gueules à une étoile d'or chargée d'une aigle de sable becquée et couronnée de gueules ». Il comptait au nombre de ses ancêtrcs Hugues III, qui épousa Laure de Noves, que Pétrarque a rendue immortelle.

    Le marquis de Sade (nous continuerons à lui donner ce titre, que l'histoire lui a conservé) professa toujours pour le grand poète une admiration que les biographes n'ont pas encore signalée. Le marquis de Sade était sensible à la poésie, et l'on trouvera dans Les Crimes de l'Amour des témoignages de son goût pour le lyrisme de Pétrarque. A dix ans, le marquis de Sade fut mis au collège Louis-le-Grand. A quatorze ans, il entra dans les chevau-légers, d'où il passa, comme sous-lieutenant, au régiment du roi. Il devint ensuite lieutenant de carabiniers et gagna sur les champs de bataille, en Allemagne, pendant la guerre de Sept Ans, le grade de capitaine. D'après Dulaure (Liste des ci-devant nobles, Paris, 1790), le marquis de Sade aurait été à cette époque jusqu'à Constantinople. Réformé, il revint à Paris et se maria le 17 mai 1763. L'année suivante, il eut son premier enfant, un fils, Louis-Marie de Sade, qui, en 1783, était lieutenant au régiment de Soubise ; il émigra en 1791, se fit graveur à son retour en France, publia, en 1805, une Histoire de la Nation française, qui a des mérites et dans laquelle il manifeste une connaissance assez profonde et assez nouvelle de l'époque celtique, puis, ayant repris du service, il fut à Kriedland et mourut assassiné en Espagne, le 9 juin 1809, par des guérilleros.

(1) Paul Ginisty. La Marquise de Sade, Paris, Charpentier (1901).

(2) Dr Eugen Duehren. Der Marquis de Sade und seine Zeit, Berlin. Trad. par Octave Uzanne, Le Marquis de Sade et son temps, Paris (Michalon, 1901). Neue Forschungen über den Marquis de Sade und seine Zeit. Berlin, Max Harrwitz.

(3) Dr Cabanes. La prétendue folie du Marquis de Sade, dans Le Cabinet secret de l'Histoire, 4e série.

(4) Le marquis de Sade et son œuvre devant la science médicale et la littérature moderne, par le docteur Jacobus X. Paris, Charles Carrington, 1901.

(5) Henri d'Halméras. Le Marquis de Sade, l'homme et l'écrivain. Paris, Albin Michel (s. d.).

 PAGE 

L'oeuvre du Marquis de Sade par Guillaume Apollinaire